Vinification en rouge

a598328bb6e84160f28d1abba8fd82fd

Une fois remplie, la benne de raisins est transportée à la cuverie et vidée dans l’égrappoir grâce à la vis sans fin qui se trouve en son fond. L’égrappoir sert à éliminer la rafle qui donne un goût herbacé au vin.
Ca y est, la vendange est rentrée, nous n’avons plus à craindre les aléas climatiques. Mais cette matière première, le moût (peau et jus de raisin) va devoir être vinifiée en fonction de son caractère propre qu’elle a hérité durant l’année. Dès la fin du remplissage de chaque cuve, un remontage est fait à l’aide d’une pompe. Il s’agit simplement de pomper du jus du bas de la cuve en haut de celle ci. Cette opération sert à oxygéner les levures et à homogénéiser la cuve.
On peut maintenant prélever des échantillons qui renseigneront sur le degré potentiel et l’acidité du moût. 2 à 3 fois par jour la cuve doit être pigée. Avec les jambes il faut enfoncer le chapeau ( l’amas de peaux de raisin qui se forme à la surface). Cette opération est très importante pour que le jus de raisin, incolore au départ, puisse fixer la couleur contenue uniquement dans la peau. Le gaz carbonique qui se dégage pendant toute la durée de la fermentation rend ce travail très dangereux.

Le décuvage 

Après 10 à 15 jours, la fermentation est pratiquement terminée. Le jus de la cuve (jus de goutte) est tiré et envoyé dans une cuve fermée. Les marcs (les peaux de raisins imbibées de jus) sont mis à l’aide d’une fourche dans le pressoir pneumatique et pressés afin de récupérer le jus : c’est le jus de presse. Celui-ci rejoint le jus de goutte. L’entonnage Le vin rouge reste dans une cuve environ 24 heures puis il est descendu en cave pour être logé en tonneau.

Processed with VSCOcam with a4 preset